Comment dompter une Muse capricieuse

Un petit billet d’Aodez pour vous faire part de ses déboires avec sa Muse.

(Comme il rentre dans la catégorie des  « Techniques d’écriture », un petit rappel quant à ma vision des choses concernant ces techniques et mes humbles blabla dessus : Article introductif)

Les copines autrices ne le savent que trop bien, j’ai une Muse hyperactive (preuve s’il en est, le listing de projets en cours que j’ai dressé sur mon blog…). Contrairement aux Muses de Célia et Aurore, qui ne savent travailler que sur un seul projet à la fois, la mienne est l’âme sœur de celle de Cécile : elle a toujours mille idées d’histoires en même temps. Ça ne serait pas un problème si ma Muse savait se concentrer sur un seul projet à la fois, et laisser les autres mijoter tranquillement en arrière-plan en attendant. Sauf que non, Madame a ses phases ! Et si, globalement, elle veut bien travailler sur le projet en cours (à l’heure actuelle, Byakko), il y a des périodes où elle refuse tout net parce qu’elle est obnubilée par un autre projet. C’est souvent lié à mon humeur du moment, mais pas toujours. Et ça peut parfois durer plusieurs semaines avant qu’elle n’accepte de revenir au projet en cours, ce qui est quelque peu problématique.

Si je vous parle de tout ça, c’est parce que je sais que d’autres auteurs rencontrent des soucis similaires avec leur Muse capricieuse. Or, les copines m’ont récemment donné un conseil pour dompter ma Muse (merci notamment à Axelle Colau !). Conseil qui fonctionne plutôt bien jusqu’à présent, et qu’il m’a donc semblé intéressant de partager.

Domptage de Muse en cours

Le voici : pour dompter une Muse capricieuse, donnez-lui ce qu’elle veut en prenant note de toutes ces idées qu’elle vous souffle sur le projet « parasite ». Vous verrez (en tout cas, ça a marché pour moi), qu’une fois mises sur le papier, ces idées vont cesser de vous tourner non stop dans la tête. Muse, satisfaite que vous l’ayez écoutée, voudra bien se concentrer à nouveau sur le projet en cours (en tout cas, y revenir de manière bien plus rapide que d’ordinaire).

À la réflexion, le fait que cette astuce fonctionne ne me surprend pas tant que ça. Elle correspond tout à fait aux principes de la méthode GTD (Get Things Done, voir les articles de Lionel Davoust qui m’ont fait découvrir cette méthode de productivité, aussi très utile dans la vie de tous les jours). Notamment au principe premier de la méthode GTD qui consiste à collecter tous les entrants (ici, les idées pour un roman) sur un support afin de libérer de la place mentale. Parce que de la même manière que le cerveau, n’étant pas fait pour servir de disque dur, va rester bloqué sur une todo list pour être sûr de ne pas l’oublier si elle n’est notée nulle part, Muse (qui n’est qu’une partie de votre cerveau), va rester bloquée sur les idées qu’elle a pour votre projet « parasite » tant que vous ne les aurez pas notées. Toutefois, dès lors que vous les aurez posées sur le papier (/le fichier texte), Muse sera rassurée : vous n’allez pas les oublier même si vous vous recentrez sur votre projet en cours. Donc elle voudra bien le faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.