Quelques notes pour rêver (musique et écriture) – (1/2)

Pour cet article en deux parties, nous accueillons en Guest Star l’autrice Axelle Colau, qui a récemment publié un roman en lien fort avec la musique. Mais on ne vous en dit pas plus et on vous laisse découvrir. 😉

Ecrire en musique

Célia : Je n’écris pas toujours en musique, mais la musique me soutient quand je suis en panne. Elle m’aide à m’immerger dans la bonne ambiance, à retrouver le rythme. Je n’ai pas forcément besoin d’entendre le son avec mes oreilles, il me suffit de penser à la mélodie associée à l’histoire, pour retrouver l’atmosphère qui m’échappe. J’ai une mémoire très auditive qui se souvient facilement des airs que j’entends, parfois bien malgré moi (le premier qui me sort une pub débile, gare à lui !).

Aodez : Je suis musicienne (en amatrice) et j’ai toujours eu un rapport très fort à la musique. C’est pour moi un incontournable pour écrire. Pour solliciter mon imagination bien sûr, mais aussi pour l’acte d’écriture en lui-même. La musique me permet de me plonger dans ma bulle. Le casque sur les oreilles (quand je suis à la maison, un super casque Sennheiser offert par mon mari <3 ), je pense qu’elle est l’élément principal de mon rituel pour démarrer une session d’écriture. Il est donc très rare que j’écrive sans écouter de musique. Et du coup, mon abonnement Deezer est mon meilleur ami. J’ai, en gros, une playlist par projet, et grâce à Deezer je les ai toujours avec moi (vive le mode hors ligne sur téléphone !). Elles ont des bases similaires, à savoir un mélange de musiques de film et musiques épiques. Ce sont ces musiques qui ont la capacité de me plonger dans ma bulle d’écriture.

Axelle : Ça dépend de mon humeur, du bruit autour de moi et de mon besoin de solitude. Avec un petit loup dans les pattes, j’ai souvent besoin d’un isolement sonore pour pouvoir m’immerger dans mes récits. Mais c’est plus la phase d’écriture pure que je fais en musique. Quand je corrige, je n’en ai souvent pas besoin. La musique porte mes mots dans mon flux créatif, elle peut même relancer la machine quand elle a un raté !

 

Célia : Je n’écoute pas les mêmes morceaux selon les romans et leur univers. Dans l’ordre chronologique, j’ai donc écouté en boucle :

  • Pour Iceltane : la BO du manga Macross Frontier, et les musiques d’animés composées par Hisaïshi pour Miyazaki (Chihiro, le Château ambulant, etc).
  • Pour Anergique : les Gymnopédies d’Eric Satie
  • Pour le Cirque Interdit : les BO des spectacles du Cirque du Soleil, notamment Amaluna
  • Pour Porcelâme : la BO de Tigre et Dragon et celle de Kenshin le vagabond

Aodez : Je ne peux pas associer un ou deux albums en particulier à un projet donné. C’est toujours un mélange de musiques, et on retrouve toujours à peu près les mêmes artistes dans chacune de mes playlists. J’ai besoin de musiques porteuses d’émotions et je me suis rendue compte que ce qui fonctionne bien sur moi, ce sont les tambours/basses rythmiques et les chœurs. Dans mes compositeurs/artistes fétiches, il y a entre autres Hans Zimmer, Steve Jablonsky, Ramin Djawadi, Alexandre Desplats (pour les compositeurs de BO) ; Two Steps from Hell, Audiomachine, Thomas Bergersen, Jo Blankenburg, Immediate Music (pour les musiques épiques). Mais j’ai aussi quelques choix particuliers en fonction des romans :

  • Pour Byakko : par période, je sors de ma playlist de base pour me faire une cure de Within Temptation, ou au contraire écouter La Passion, de St Preux (oui, je suis très éclectique ! ^^)
  • Pour Allegro pour phénix et dragon : pour lui donner une connotation feelgood, la playlist de ce roman contient plusieurs morceaux traditionnels irlandais (surtout des morceaux dansants), et beaucoup de morceaux de Vanessa Mae et du groupe Bond qui sont très dynamiques et entrainants.

Axelle : Je suis un peu comme Célia, j’associe souvent la musique à un univers en particulier. Mais des fois, c’est même un morceau qui retranscrit ce que j’ai voulu rendre dans mon écriture.

  • Pour Génération Captive: j’ai écrit avec plein de musiques différentes, mais la chanson qui me rappelle ce roman c’est More Than Ever de Breathe Carolina & Ryos.
  • Pour Les Pirates de l’île Mirage – La malédiction : Vous devinez ? 😉 J’ai écouté en boucle la BO de Pirates de Caraïbe ! Les passages enlevés ont parfaitement bien accompagné mes scènes d’action.
  • Pour Tisseurs d’Esprit : j’ai souvent alterné entre la BO de Tron et celle de Full Metal Alchemist Brotherhood.

 

Pour terminer la première partie de cet article, nous vous proposons de retrouver les top 5 de nos morceaux préférés pour écrire. Saurez-vous retrouver dans cette playlist quel morceau a été choisi par qui ? 🙂

Playlist : https://www.youtube.com/playlist?list=PLBYrf_a_cpK8Xep4LdeKMbG2aoH1Q-TtE

 

Un chat et de la musique : le nécessaire de l’écrivain pour dompter une Muse récalcitrante ?

2 Commentaires

  1. Coucou les filles,
    A titre personnel, j’avoue que la musique tend plus à me distraire qu’à me porter, en tout cas durant la phase d’écriture. N’empêche, je trouve ça intéressant la manière dont les unes et les autres fonctionnent…

    • Coucou Cath,
      Merci pour ton message. Personne ne fonctionne de la même manière, mais j’espère que tu trouveras le temps d’écouter la playlist, même si ce n’est pas en écrivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.