Utopiales 2018 – Expositions, jeux, auteurs et dédicaces

Ici Célia, et dans cet article je vous raconte mes Utopiales 2018.

Pour rappel, ce festival dédié à la science-fiction, aux technologies nouvelles et à l’imaginaire se déroule à Nantes, du mercredi 31 octobre au dimanche 4 novembre. Pour ma part, j’y suis allée en famille (avec mon conjoint et ma fille de 5 ans) le jeudi et le vendredi. Entre les conférences, les dédicaces, les expositions, les jeux et les livres, tout le monde y a trouvé son compte.

Cet article s’annonce plus long que d’habitude, raison pour laquelle je le découpe en trois parties, que vous pourrez lire ou sauter à votre guise :

  1. Expositions et jeux
  2. Auteurs et dédicaces
  3. Conférences (prochain article)

Voici également un lien vers le site internet des Utopiales en préalable : cliquez ici.

1. Expositions et jeux

L’exposition phare, c’est celle de BeB-Deum, un illustrateur dont les portraits parfois troublants,  parfois dérangeants interrogent sur l’humanité multiple et sa relation avec la technologie, le numérique et le virtuel. Voici ceux que j’ai préférés :

Dans l’œuvre ci-dessous, je comprends que la personne a l’impression d’embrasser quelqu’un alors qu’il s’agit d’une émanation virtuelle du symbiote dans son cerveau. C’est une interprétation toute personnelle, bien sûr.

Esthétiquement parlant, j’ai flashé sur la petite exposition dédiée à l’imaginaire de l’Orient (SF chinoise). J’ai gardé en souvenir ces villes suspendues, accrochées sur leurs parois rocheuses, qui m’inspirent pour le premier tome de Porcelâme (en cours de correction).

Avec ma fille, j’ai passé un très bon moment avec Le petit Bestiaire Fantastique et ses adorables monstres qui ne font pas peur. J’ai pris une photo du phœnix, en pensant au deuxième tome de Porcelâme (en cours d’écriture).

Nous avons contemplé longtemps la reconstitution des mondes de Jules Verne en playmobil par la Manufacture scientifique. Puis, nous avons appris à construire des bonhommes playmobil.

Nous avons joué au pôle ludique, j’ai perdu plusieurs fois à Plouf Party, mais je me défend au Twin it !

À l’espace bibliothèque, une inconnue qui partage ma passion pour les origamis, en a dispersés pour que les passants puissent en emporter. J’ai fait une photo de groupe et j’ai adopté la belle carpe en papier nuage.

2. Auteurs et dédicaces

Aller aux Utopiales, c’est aussi le plaisir des rencontres. Je me suis souvent installée au bar de Mme Spock avec mes ami(e)s du forum cocyclics et j’ai croisé des auteurs que j’admire. Je partage avec vous quelques moments d’émotion.

J’ai acheté Abzalon, de Pierre Bordage, un grand auteur dont la gentillesse ne se dément jamais.

Je promets solennellement de ne JAMAIS pousser Jean-Claude Dunyach de la table des dédicaces. Ses fans, dont je fais partie, ne me le pardonneraient pas.

J’ai pu bavarder avec Mél Andoryss, qui nous réserve de beaux projets à l’avenir (dont le deuxième tome du Passageur).

Danielle Martinigol m’a offert une jolie carte à l’image de la nouvelle couverture des Abîmes d’Autremer, une œuvre de Jessica Rossier (à gauche). Je précise que ce roman fait partie de mes coups de cœur d’adolescente, je ne compte plus le nombre de mes relectures. En comparant cette version avec la précédente couverture de Manchu (version de droite), on remarque la présence de flagelles qui n’existaient pas avant. En effet, Mme Martinigol les a ajoutés dans la nouvelle version de cette trilogie pour adapter le texte à l’illustration. Merci à elle de m’avoir raconté cette anecdote !

La troisième partie de cet article, qui paraîtra demain, évoquera mes conférences préférées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.